Gros bénéfices pour le BTP

Les promoteurs étrangers en tête

Le mouvement déjà enclenché avec Tanger-Med. Les promoteurs étrangers en tête Le Nord est devenu, en l’espace de quelques années, un eldorado pour les entreprises du bâtiment et de travaux publics (BTP). Le mouvement s’est enclenché avec le lancement du mégaprojet de Tanger-Med, un port qui a servi de catalyseur pour la redynamisation du secteur du BTP à Tanger et région. De fait, les investissements pleuvent littéralement sur la zone. Les opérateurs du BTP se frottent les mains. C’est le cas de la société Abou Aich, une entreprise jordanienne, qui va prendre en charge le projet Al Irfane de Addoha. A noter que cette dernière a à son actif la réalisation des programmes résidentiels Al Mostakbal à Casablanca, et Sâada à Agadir. Le groupe présidé par Anas Sefrioui pourrait «recourir aux services d’autres entrepreneurs», est-il indiqué. L’objectif est de construire 9.000 appartements économiques sur une durée de 60 mois. «Les logements seront entamés par tranches, avec des livraisons partielles tous les 8 à 9 mois», selon Addoha. Les choix, faits sur la base d’appels d’offres, mettent en avant la capacité financière du groupe, mais aussi sa capacité à finir les travaux dans les délais. Pour Ynna, la holding dirigée par Miloud Châabi, les choix sont déjà faits, c’est Châabi Lil Iskane, sa filiale construction qui se chargera de la réalisation des projets du groupe sur la région Nord. Le groupe prévoit, en plus des projets touristiques, la construction d’un supermarché, Aswak Assalam et d’une résidence universitaire. Châabi ne prévoit pas pour l’instant de se lancer dans l’habitat économique, faute de terrains. L’homme d’affaires marocain espère trouver des terrains privés à bon prix avant de se lancer dans ce segment. Pour Holmarcom et son projet CapTingis, les choix n’ont pas encore été faits, les appels d’offres ont été lancés, et leur résultat sera annoncé vers le mois de septembre. A noter que d’autres noms prestigieux se concentrent du côté d’Oued Rmel. Il s’agit de sociétés telles que Bouygues qui a déjà terminé les travaux de la première tranche du projet Tanger-Med. Les travaux d’amarrage et d’accostage ont pour leur part été attribués au Belge Besix et à la Somagec.Non loin de là, les Turcs de Dogus s’affairaient sur l’autoroute Tanger-Asilah. Leur compatriote Makyol travaille, lui, sur le tronçon de Oued Rmel.A. A.

Leave a Comment

Résoudre : *
24 + 25 =